Les Nourritures Bibliques qui Guérissent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Nourritures Bibliques qui Guérissent

Message  Admin le Lun 21 Juin - 12:56

Introduction du Pasteur Benny Hinn
Livre : Les Nourritures Bibliques qui Guérissent

Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ? Les nourritures dont parle la Bible peuvent-elles apporter la guérison ? Oui, elles le peuvent ! La Bible fournit des instructions précises apportant un éclaircissement à propos de ce que vous devriez manger. Je voyage dans le monde entier, et au cours de mes voyages, j'ai pu constater que le premier désir dans le cœur des gens, c'est une bonne santé.


1 Corinthiens 6 : 19
Les nourritures dont parle la Bible peuvent-elles apporter la guérison ? Oui, elles le peuvent ! La Bible fournit des instructions précises apportant un éclaircissement à propos de ce que vous devriez manger.
Je voyage dans le monde entier, et au cours de mes voyages, j'ai pu constater que le premier désir dans le cœur des gens, c'est une bonne santé.

J'ai reçu de vous, chers partenaires et amis du ministère, une abondante correspondance montrant votre intérêt pour ce sujet essentiel. C'est pourquoi nous avons préparé ce livret spécialement pour vous.
Manger les nourritures vitales mentionnées dans la Parole de Dieu est une source de bienfaits nombreux et merveilleux pour la santé. Vous pouvez 'booster', c'est-à-dire renforcer votre système immunitaire, maintenir votre poids idéal et avoir une énergie débordante aujourd'hui, en découvrant les aliments fabuleux que Dieu a préconisés dans Sa Parole.

Honorer les Commandements de Dieu
Deutéronome 8 : 1 déclare : "Vous observerez et vous mettrez en pratique tous les commandements que je vous prescris aujourd'hui, afin que vous viviez, que vous multipliiez, et que vous entriez en possession du pays que l'Eternel a juré de donner à vos pères." La première clé pour une vie saine c'est d'obéir aux commandements de l'Eternel, parce que c'est l'Eternel qui vous fait vivre.

La vérité fondamentale quant à la santé et la guérison se trouve dans ce puissant principe spirituel qui mérite d'être rappelé : Nous devons honorer les commandements de l'Eternel pour vivre longtemps.
Deutéronome 8 : 3-6 poursuit en disant :
Il t'a humilié, il t'a fait souffrir de la faim, et il t'a nourri de la manne, que tu ne connaissais pas et que n'avaient pas connue tes pères, afin de t'apprendre que l'homme ne vit pas de pain seulement, mais que l'homme vit de tout ce qui sort de la bouche de l'Eternel... Tu observeras les commandements de l'Eternel, ton Dieu, pour marcher dans Ses voies et pour Le craindre.

Dieu a promis de nous garder tout comme Il gardait les Israélites des temps anciens. C'est le Seigneur qui soutient nos vies. C'est Dieu, notre Père céleste, qui nous donne la vie et le souffle. Nous devons compter sur Lui pour la santé, parce que notre bien-être ne se trouve pas dans le pain seulement, mais dans le fait d'avoir une relation personnelle avec le Seigneur Jésus.

Formidablement et Merveilleusement Créés .
La Parole de Dieu est remplie de vérités qui vous permettront de vivre en bonne santé. Nous lisons dans 1 Corinthiens 6 : 19 : "Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?"
Vous pouvez compter sur votre Créateur pour savoir comment entretenir votre corps, le temple qu'Il vous a donné. Nous voyons que 2 Pierre 1 : 3 poursuit en disant : "Sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété."

Nous avons été “formidablement et merveilleusement” créés à l'image de l'Eternel, et Dieu comprend nos besoins alimentaires et nos besoins de bonne santé. Le livre de la Genèse déclare : "Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme". (1 : 27)
L'Eternel vous a créé en tant qu'individu unique. Il vous comprend intimement vous et vos besoins spécifiques de santé : "Eternel ! tu me sondes et tu me connais, tu sais quand je m'assieds et quand je me lève, tu pénètres de loin ma pensée ; tu sais quand je marche et quand je me couche, et tu pénètres toutes mes voies". (Psaume 139 : 1-3)

Je crois dans la guérison, mais je crois également dans la santé divine. La volonté de Dieu pour vous, c'est que vous soyez en parfaite santé. C'est pourquoi Dieu nous a donné dans Sa Parole des aliments formidables, facteurs de bonne santé, afin que vous soyez restaurés et que vous ne manquiez de rien. La restauration ou le rétablissement est à notre disposition en Jésus-Christ aujourd'hui.

Les Sept Nourritures Vivantes de la Bible
Le livre du Deutéronome nous donne une liste de sept aliments bibliques vitaux. Ces aliments avaient été donnés à la nouvelle génération des Israélites appelés à posséder la terre promise, ceux qui avaient survécu après les quarante années d'errance dans le désert. La Parole de Dieu déclare :

"Car l'Eternel, ton Dieu, va te faire entrer dans un bon pays, pays de cours d'eaux, de sources et de lacs, qui jaillissent dans les vallées et dans les montagnes ; pays de froment, d'orge, de vignes, de figuiers et de grenadiers ; pays d'oliviers et de miel ; pays où tu mangeras du pain avec abondance, où tu ne manqueras de rien ; pays dont les pierres sont du fer, et des montagnes duquel tu tailleras l'airain" (Deutéronome 8 : 7-9).

Aujourd'hui encore, ces sept aliments cités dans ce passage de l'Ecriture sont hautement recommandés par la science médicale pour leurs propriétés guérissantes et leurs exceptionnelles qualités nutritives. Vous et moi pouvons jouir des mêmes bienfaits bénis de cette promesse de Dieu adressée aux enfants d'Israël. Nous pouvons aussi nous tourner vers les nourritures de la Terre Promise et expérimenter la santé divine.
Dans toute la suite de ce livret, vous découvrirez les bienfaits phénoménaux pour la santé de ces nourritures bibliques, énumérées dans Deutéronome 8 :

1. Le Froment
2. l'Orge
3. Le fruit des Vignes
4. Les Figues
5. Les Grenades
6. L'Huile d'olive
7. Le Miel

Nous avons ajouté à chacun de ces sept aliments une recette spéciale afin que vous en profitiez, ainsi que des informations complémentaires sur les bienfaits pour la santé du hummus, du baba ghannouj et de l'ail. Plusieurs des merveilleuses nourritures présentes dans ces recettes ont été les plats favoris de ma famille durant de nombreuses années.

Ma prière est que ces sept nourritures vivantes de la Bible, mentionnées dans Deutéronome 8, soient une grande source de santé et de force pour vous et vos bien-aimés.
Notre Dieu qui règne dans le ciel est la source de la vie, du bien-être et de la guérison. Suivons les instructions pratiques qu'Il a données dans Sa Sainte Parole alors que nous demeurons en Lui chaque jour.

Découvrez ce livre plein de conseils précieux pour votre santé disponible aux Editions Parole de Foi : www.editions-paroledefoi.com

Benny Hinn

voir aussi:
http://www.portail-religion.com/FR/dossier/islam/gdes_etapes/alimentation.php

http://fr.wikipedia.org/wiki/Religion_et_alimentation#Islam
http://membres.multimania.fr/metzener/labible.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Religion_et_alimentation


Dernière édition par Admin le Lun 21 Juin - 13:20, édité 1 fois

Admin
Admin

Nombre de messages : 157
Date d'inscription : 04/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://gibril-badr.niceboard.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Nourritures Bibliques qui Guérissent

Message  Admin le Lun 21 Juin - 13:12

Attitudes à l'égard des aliments dans la Bible

intérêt scientifique de l'alimentation dans la Bible a toujours mis l'accent sur, entre autres choses, de sacrifice et abominations (Bolle; Bourdillion et Fortes, Douglas, James et Smith). Le biblique du sacrifice d'animaux est rarement entièrement brûlé, comme indiqué dans la description de certains sacrifices spécifiques en chiffres 28 et 29 ou du sacrifice d'Abraham. La majorité d'un sacrifice est consommé, soit par ceux qui offrent le sacrifice ou par les prêtres (1 Samuel 1-2). Chaque offrant de la nourriture (la viande) est accompagnée d'une offrande de grain (farine et l'huile d'olive) et une offrande de boisson (de préférence le vin, mais dans certains cas, la bière est acceptable) (numéros 28-29). Sacrifices, habituellement offert dans des fêtes, de distribuer des protéines animales précieuses également entre la population et au fil du temps. Une fête a lieu à chaque nouvelle lune, et les autres suivent au milieu d'au moins tous les deux mois.

La nature du sacrifice suit les règles de pureté décrits dans le Lévitique. Aucune restriction ne s'applique à la consommation de plantes, mais élaborer des règles régissant les aliments pour animaux. Les animaux sont répartis en trois groupes: les animaux sur terre, les créatures de l'eau, et les oiseaux. Parmi ceux-ci qu'un petit échantillon sont considérés comme "propre": "Vous pouvez manger un animal qui a un pied séparé ou d'un bouc sabot et mâche aussi la CUD ;... tous ceux qui ont des nageoires et des écailles, et des oiseaux avec les deux jambes qui volent et ne pas manger les carcasses (Lévitique 11). Les règles de pureté conforme avec les animaux bien adaptés au climat local et faciles à domestiquer. En outre, les aliments tabous garder les Israélites distincts des autres peuples de la région, en soutenant leur identité de groupe. Lorsque le christianisme commence à convertir les autres peuples, les règles alimentaires strictes devenir un obstacle et ne sont donc supprimés. Selon les Actes 10, il a été révélé à Pierre que rien n'est impur .

La viande est toujours dans l' avant-plan des récits bibliques sur la nourriture, et il est le prestigieux centre de tout très repas de fête, religieuses ou laïques. Au cours de leurs pérégrinations dans le désert, les Israélites désir de la chair des pots d'Egypte (Exode 16:2); dans 1 Samuel 2:12-17 les prêtres de la demande d'un morceau de bon rôti du sacrifice au lieu de se contenter de quelle que soit leur fourches captures du chaudron , c'est un signe d'honneur d'être nourris avec un morceau de viande par l'hôte (1 Samuel 9:23), et la viande est indispensable à une alliance. Néanmoins, les agrafes sont les céréales (orge, blé, épeautre, l'épeautre , le millet et le sorgho ). L'orge, le plus important, est principalement consommé sous forme grains (gruau), le blé est évaluée plus élevés et est cuite en pain. Les fruits sont très appréciés des olives à huile, qui est facile à stocker, et les dates, qui fournissent de l'énergie. Légumes (poireaux, arroche, oignon ), les légumineuses ( fèves , pois, lentilles, pois chiches ), les fruits (pomme, figue , grenade, melon , mûre, raisin), et les herbes et les épices (cannelle de Chine, cannelle , coriandre, cumin , aneth , l'ail , le gingembre, le laurier, la menthe, la moutarde , le safran, curcuma ) sont abondants.

Situations de la consommation

Parmi les situations les plus importants pour la consommation d'aliments spécifiques sont des fêtes, repas alliance, carouses, et des jeûnes. La majorité des fêtes religieuses se composent des sacrifices d'animaux, généralement des oiseaux, moutons, chèvres, ou de bovins, selon les moyens de la famille et le repas en commun de la famille. Les fêtes religieuses importantes sont Pessah (Pâque), Massot (fête des pains sans levain), Chavouot (Pentecôte), Roch Hachana (Nouvel An), Yom Kippour (Jour du Grand Pardon), Succoth (fête des Tabernacles), Hanoucca (Fête des Lumières ), et de Pourim (fête des lots). festivals du cycle de vie mentionnés dans la Bible notamment les mariages, les anniversaires, et les enterrements. Pour le mariage de Jacob et de Léa, «Laban rassembla tous les hommes de la place ensemble et fit un festin» (Genèse 29:22), quand Samson épouse, la fête dure sept jours (Juges 14:12), Raguel dit à sa femme Edna "pour faire cuire un lot de pain "et a deux bœufs et quatre béliers abattus pour les deux semaines de la célébration du mariage de Tobie et Sara (Tobie 8:20), Jésus compare le ciel à la fête du mariage de roi le fils d'un (Matthieu 22:1), la fête de mariage à Cana en Galilée, les petites séries de vin, et Jésus transforme l'eau en vin (Jean 2:1-12). La fête d'anniversaire que mentionné dans la Bible est le pharaon d'Egypte, qui s'avère être le jour du destin pour le boulanger en chef et le sommelier en chef quand on est pendu le restauré d'autres à son service (Genèse 40:20). Le pain à la console et la coupe de consolation sont les frugal éléments nutritifs pour les endeuillés, qui refusent souvent de manger et de boire pendant une courte période après la mort d'un être cher ou rapide, pour une période plus longue pour afficher leur deuil .

Le repas d'alliance comme un pacte entre les personnes ou entre Dieu et ses disciples est une récurrente thématique. Ce repas fait le serment obligatoire pour toujours en menaçant les organes des partenaires avec une malédiction. En cas de parjure , la «malédiction peut s'infiltrer dans son corps comme de l'eau et dans ses os comme de l'huile "(Psaumes 109:18). alliances de Dieu avec Abraham et Moïse sont scellés par le rituel d'abattage de plusieurs animaux (Genèse 15; Exode 24). Lorsque Jacob quitte la maison de Laban, ils jurent serment sur les territoires respectifs et ont une fête avec leurs de proches (Genèse 31:43-54). Joseph est vendu aux commerçants de passage tandis que ses frères "s'assit pour manger de la nourriture" (Genèse 37:25). Partage des dispositions avec les habitants de Gabaon , Joshua s'installe un pacte avec les Gabaonites (Josué 9:14-15). Ceux qui partagent un repas sont obligataires, mais ils ont souvent trahir les uns les autres (Psaumes 41:9; 23:07 Proverbes, Marc 14:18). La Nouvelle Alliance est faite à la dernière Cène (Matthieu 26:17-30, Marc 14:12-26 et Luc 22:7-39; John 13:1-30).

auteurs bibliques vin et la bière une grande valeur, mais s'opposer à tout abus. Néanmoins, des carrousels sont fréquemment mentionnés et sont souvent liées à la licence. Les deux filles Lot enivrent leur père avec du vin ", puis coucher avec lui" (Genèse 19:32). L'auteur du livre de l'Ecclésiastique (également connu sous le nom Siracide ) dissuade un homme de salon avec une femme et de boire du vin (Ecclésiaste 9:13). Holopherne veut dîner avec Judith et entend séduire elle. Quand il boit trop, il tombe endormi , et Judith décapite lui (Judith 12-13).

chiffres importants, tels que Moïse, Jésus, Paul et rapide en temps de spirituelle particulière, l'intensité psychologique. Moïse s'abstient de manger et de boire pendant quarante jours avant qu'il ne monte sur le mont Sinaï pour faire baisser les Dix Commandements (Exode 34:28; Deutéronome 9:9). Ces quarante jours reviennent dans le Nouveau Testament où Jésus va au désert avant qu'il ne commence à prêcher (Matthieu 4:2-11; Marc 1:12-13; Luc 4:1-13). L'interprétation chrétienne, c'est que tout Jésus dit ensuite est comparable aux commandements de Moïse. Paul jeûne comme un signe d'un nouveau départ après sa conversion (Actes 9:9). Chaque fois que les Israélites sont en guerre, ils proclament un jeûne général (Juges 20:26; 1 Samuel 14:24-32, 2 Chroniques 20:03; Esdras 8:21-23; Esther 4:15-16, 1 Macchabées 3: 46-60). Le deuil se refuse à manger (Genèse 49:10; Numéros 20:29; 2 Samuel 1:12, 3:35). Le jeûne de préparation avant une fête religieuse est destiné à purifier l'individu et la collectivité (Lévitique 16:29, 23:26, 29:7 Numéros: 2 Rois 25:4-8; Zacharie 7:05, 8:19).

Préparation des aliments

La plupart du temps biblique, il est le domaine des femmes à préparer les aliments. Ils livre les grains dans les mortiers ou d'utiliser les moulins à main (Nombres 11:Cool. De l'orge à préparer les grains (Lévitique 2:14), parfois après torréfaction l' orge (Ruth 2:14). Ils moudre le blé et du pain, gâteaux, biscuits ou (Genèse 18:06; 02:02 Lévitique; 1 Rois 5:2). Le pain est levé ou sans levain (Exode 12:15; Numéros de 9,11; Deutéronome 16:2; Josué 5:11). Beurre et fromages sont fabriqués à partir du lait des vaches et des moutons (Genèse 18:08; 2 Samuel 17:29; Isaïe 7:22). La viande est bouillie dans un chaudron (1 Samuel 2:13) ou grillées sur un feu et assaisonné avec des herbes et des épices (Exode 12).

Signification de l'alimentation dans le texte biblique

Alimentaire fait partie intégrante de la communication du message biblique. Food caractérise des situations et des personnes, et les structures et les marques de l'évolution dramatique du texte. Les métaphores sont souvent constituées d' gastronomique termes, et bon nombre de «paraboles de Jésus sont liés à l'alimentation. Deux importants culinaires fantasmes active dans les textes modernes ou l'imagination sont cocagne et le cannibalisme.

Nommer est un moyen simple de transmettre quelque chose sur une personne. figures bibliques ont souvent des noms figuratifs, de nombreux dérivés de la nourriture. Adam, l'ancêtre de tous l'humanité , est faite "à partir d'argile rouge," une bonne terre pour la culture de certaines cultures. Adam est décrite dans un rapport étroit avec l'agriculture, et le moment où il quitte le paradis, il commence l'agriculture: «Alors le Seigneur Dieu le chassa du jardin d'Eden pour cultiver le sol d'où il avait été pris" (Genèse 3:23) . Des noms tels que Léa, Rachel, Rebecca, Egla, et Tamar exprimer les qualités des femmes qui les portent. Leah, qui signifie «la vache», et Rachel, qui signifie «moutons mère, devenue la mère des douze tribus (Genèse 29). Rebecca, la «vache», est l'épouse d'Isaac et la mère de Jacob (Genèse 24, 25, 26). Tamar, palmier dattier "," est le nom d'un certain nombre de femmes les plus influentes de la Genèse à Matthew. Les femmes importantes à Israël sont nommés d'après des animaux et des plantes fondamental à la subsistance dans le Proche-Orient, une partie de l'expérience quotidienne, et disponible, cultivé , et fiable. Ils garantissent la survie, et ils fournissent du lait, la viande et des fruits. En revanche, les femmes et les hommes nommés d'après des animaux sauvages, souvent des animaux jeu favori, ne jouent aucun rôle important dans l'histoire d'Israël. Associées à des situations sexuelles, leurs noms l'indiquent, ils sont beau, élégant, charmant, et érotique. Les exemples incluent Dishon , Hépher, Tabitha, et Zibiaha, ce qui signifie " gazelle ", Hogla, qui signifie« perdrix », et Séphora, qui signifie« oiseau »(Genèse 36:21; Exode 2:16-22; Numéros 12:01 ; 11:25 juges; 1 Chroniques 01:38; 2 Rois 12:2; 17:03 Joshua; Actes 9:36-41).

caractère d'une personne se révèle dans son bon comportement à table. Un chiffre négatif est généralement représentée comme manquant de bonnes manières à table, comme de manger et de boire trop, en consommant impure alimentaire, le choix d'une mauvaise chaise en fonction de la hiérarchie, et de démesure général. Foire de telles personnes sont tuées, et leurs corps deviennent de la nourriture pour les chiens (1 Rois 14:11, 21:23; 68:24 Psaumes; Jérémie 15:3). Les bonnes personnes et idéal manger et boire modérément. Ils sont modestes et accueillants, et ils choisissent avec soin leur nourriture et leur compagnie à la table.

Fêtes et jeûnes non seulement la structure de l'année de la communauté et les cycles de vie des individus, ils marquent aussi son apogée et les événements heureux, par exemple, quand les gens se retrouvent après une longue séparation (Genèse 43:25-34; Luc 15:11-32 ), à l'occasion d'un mariage (Genèse 29:22; Juges 14; Matthieu 22:01; John 2:1-12), avant que les gens le cadre pour un certain temps (Genèse 31:54; Jean 13; Actes 20:7) , et quand une guerre est gagnée (Genèse 14:17; 1 Samuel 14:32; Esther 9:17; 1 Macchabées 4:23). Beaucoup d'aliments et de boissons est typique de toutes les fêtes, souvent en indiquant que l'histoire est terminée et tout s'est bien passé (Judith 16:18-20; Néhémie 8:10; 2 Maccabées 10:6). La faim fait bouger les gens d'un endroit à un autre, comme quand Abraham se déplace vers l'Égypte (Genèse 12:10), quand la famille de Jacob fait de même (Genèse 46), et quand la faim apporte David pieux ancêtres de la famille Ruth (Ruth). Le jeûne des marques les points de retournement, comme lorsque le prie stériles Hannah, les jeûnes, et conçoit finalement Samuel (1 Samuel 1:7) quand les guerriers jeûne avant la bataille décisive, ils vont gagner (Juges 20:26, 2 Chroniques 20:03; Ezra 8:21-23).

La combinaison récurrente de «lait et le miel» peut être appelé un bibliques leitmotiv et est l'un des plus connus bibliques métaphores gastronomiques. Le lait et le miel sont très appréciés des produits, symboles de la richesse d'un pays. La terre que Dieu a promis à Abraham et à ses enfants, habituellement identifiés par Canaan », est une terre où coulent le lait et le miel» (Exode 3:8, 3:17, 13:05, 33:3, le Lévitique 20:24, n ° 13 : 27, 14:08; 16:13-14; 06:03 Deutéronome, 11:9, 26:9, 26:15, 27:3, 5:6 Josué 31:20;; [Ecclésiaste 46 Sirach] ; 11:05 Jérémie, 32:22; Ézéchiel 20:06, 20:15). La coupe est une métaphore de la vie ou de mort (Ésaïe 51:17-23; Jérémie 25:15-29, 49:12, 51:7; Ezéchiel 23:31-34; Abdias 16; Habacuc 2:15-16; Zacharie 12:2; Psaumes 16:05, 23:05, Marc 10:38, Matthieu 23:25; Apocalypse 17:04, 1 Corinthiens 10:21), et la coupe de l'Eucharistie est le point culminant dans le Nouveau Testament ( Matthieu 26:26-29, Marc 14:22-25 et Luc 22:19-20). Psaumes 23 est en circulation citation poétique de la métaphore de la relation entre Israël et Dieu, le berger et son troupeau de .

Photos de l'autre monde sont profondément enracinées dans ce monde d'expériences, dont la nourriture et boire et le manger sont les plus importants. Bien et le mal, le ciel et l'enfer sont décrits avec une abondance de nourriture excellente et des boissons ou par la faim, la famine , et le cannibalisme, respectivement. La terre promise de Canaan est prévu de produire beaucoup de nourriture, et le paradis est l'endroit libéré de la faim. Le jardin d'Eden est décrit à la différence de l'endroit où Adam doit travailler dur pour manger son pain »(Genèse 2-3). Le jardin est à jamais perdu, mais après la mort du bien sera récompensé. États d'emploi que pour les méchants de l'autre monde ne sera pas « eaux grasses sur les rivières de la crème ou des torrents de miel et de lait caillé "(20:17), ce qui implique qu'il sera pour le bien. Les promesses du Nouveau Testament tous ceux qui croient en Jésus seront invités à l'infini céleste festin avec Abraham, Isaac et Jacob ou "le mariage le souper de l'Agneau" (Matthieu 8:11, 22:2-14, 26:29; 12:37 Luke, 13:29, 14:15, 22:16, 22:30, Apocalypse 3:20, 19:9, 19:17).

Si Israël respecte les commandements, la récompense sera la fertilité et l'abondance (Lévitique 26:3-13; Deutéronome 28:1-4). Mais si le peuple ne détiennent pas les commandements, Dieu les maudisse à l'infertilité de la terre et le peuple (Lévitique 26:20-39; Deutéronome 28), les chardons et les épines se développera au lieu de froment [blé, pas de maïs ] et des fruits dans les champs (Genèse 3:18; Job 31:40; Sagesse 24:31; Isaïe 5:6, 32:13; Jérémie 12:13; Hébreux 6:Cool. Les gens seront amenés à manger des aliments impurs (2 Rois 6:25; 2 Maccabées 6:18-20, 7:1; Isaïe 65:4, 66:3, 66:17; Ezéchiel 4:9; Daniel 1:Cool , ils souffrent de la faim et meurent de faim à la mort (Deutéronome 28:48, 32:24, 2 Samuel 24:13, 1 Chroniques 21:12; Psaumes 34:11, 105:16; Esaïe 32:6; Jérémie 11: 22, 42:16 et Luc 6:25; Apocalypse 18:08), et le pire de tout ce qu'ils vont manger leurs propres enfants (Lévitique 26:27-29; Deutéronome 28:53-57; 04:10 Lamentations; Zacharie 11: 9). propres enfants Restos son d'une part, est le pire des péchés et d'autre part est la plus grande punition pour le péché. Restos les enfants est le renversement de l'accouchement. Au lieu de propager l'humanité et de la famille, la société est en voie de disparition. Si les gens ne présente volontiers, ils violent volonté de Dieu, d'avoir un grand nombre de disciples, mais si elles ne respectent ses commandements, il finira son existence. Pour être sans enfants les moyens d'être sans avenir, le nom de la famille éteinte à jamais. Vivre en Israël, c'est vivre dans les générations futures, comme le montrent de nombreuses généalogies (Genèse 4:20, 10:21, 17:4-16, 19:30-38, 25:12-18, 36:9; Exode 1 : 5; 4:18-22 Ruth; 1 Chroniques 2-8; Matthieu 1:1-17).

L'histoire de Judith

L'histoire de Judith dans le livre de Judith illustre le sens de la société israélite accordée à l'alimentation. Le comportement des deux protagonistes présuppose leurs destins respectifs. Judith, la brillante héroïne qui sauve finalement les Israélites du siège assyrien, fait toujours les bonnes choses. Elle jeûne, sauf sur les fêtes religieuses, elle ne mange que des aliments purs, et elle n'est jamais ivre. D'autre part Holopherne, le commandant en chef de l'armée assyrienne, est un glouton et ivrogne , qui donne aux parties dîner tous les jours. C'est le point de départ pour le projet de Judith pour sauver son peuple. Elle va à la tente d'Holopherne vêtu de ses plus beaux habits et joliment décorée, mais elle s'assoit à sa table et consomme sa propre nourriture pure, seulement semblant d'être son hôte. Holopherne est aveuglé par la beauté de la dame d'Israël et ne se rendent pas compte qu'elle n'est pas vraiment participer à son parti. Il mange et boit jusqu'à ce qu'il soit tellement ivre qu'il est incapable de séduire. Quand il s'endort, Judith coupe la tête. Privés de leur chef, les Assyriens se retirer, et Judith est célébré comme le sauveur des Israélites.

Bibliographie

Bolle, Kees W. "Un monde de sacrifice." Histoire des Religions 23 (1983): 37-63.

Bourdillion, FC Michael, et Meyer Fortes, eds. Sacrifice. London: Academic Press, 1980.

Douglas, Mary. "Les abominations du Lévitique. Dans la pureté et de danger. London: Routledge and K. Paul, 1999.

Douglas, Mary. Lévitique comme littérature. Oxford: Oxford University Press, 1999.

Feeley-Harnik, Gillian. Seigneur Tableau Le: Eucharistie et la Pâque dans le christianisme primitif. Philadelphie: University of Pennsylvania Press, 1981.

Ferguson, Walter W. Animaux vivants de la Bible. New York: Scribner, 1974.

James, EO Sacrifice et Sacrement. Londres: Thames & Hudson, 1962.

Schmitt, Eléonore. Das Essen en [Bibel der Restos dans la Bible]. Münster: LitVerlag, 1994.

Smith, Edwin Denis. Bourse de tableau "comme motif littéraire dans l'Evangile de Luc." Journal de la littérature biblique 106 (1987): 613-638.

Smith, William Robertson. Conférences sur la Religion des Sémites. Edinburgh: Noir, 1889.

Zohary, Michael et Naomi Feinbrun-Dothan. Flora Palaestina. 4 parties. Jérusalem: Académie israélienne des Sciences et des Lettres, 1966-1986.

http://www.sectes-infos.net/Croire.htm

Admin
Admin

Nombre de messages : 157
Date d'inscription : 04/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://gibril-badr.niceboard.com

Revenir en haut Aller en bas

Foi et guérison Par: Soeur Marie-Ancilla

Message  Admin le Lun 21 Juin - 13:34

Un constat s'impose aujourd'hui : la vie spirituelle de beaucoup de chrétiens est malade ; leurs repères, comme en bien d'autres domaines, ont disparu. La maladie en cause constitue une véritable épidémie qui pénètre partout, y compris dans la clôture des monastères. Cette maladie est liée à un désir désordonné de guérison.

J'ai essayé de comprendre de quoi il s'agissait en lisant bon nombre d'ouvrages représentatifs des nouveaux courants spirituels qui se disent chrétiens — les courants syncrétistes ne sont pas pris en compte. Je résume ici les principales étapes de ma démarche.

Deux questions se sont posées à moi : qu'est-ce qu'ils peuvent avoir d'attirant ? et pourquoi est-il si difficile aux chrétiens de voir l'ambiguïté des démarches proposées ? Plusieurs thèmes ont émergés.
Le premier, omniprésent, est celui des blessures : ce sont elles qui sont à la une des préoccupations actuelles. Le problème de la guérison va de pair avec elles ; mais qu'entend-on au juste par guérison ? Remarquons que « guérison » est associé à la suppression de la souffrance. Et puisque la foi nous dit que le Christ nous a rachetés, libérés, il n'y a qu'un pas à faire pour dire qu'il est venu pour nous libérer de la souffrance, de nos entraves psychologiques.

La guérison conduit à prendre en compte deux points importants pour la vie spirituelle : Comment situer le souci de soi et l'amour de soi ? Le souci de soi est-il compatible avec l'oubli de soi ? Comment aimer Dieu, et son prochain comme soi-même si l'on ne s'aime pas ? Cet amour de soi étant malade, comment le guérir ? Quelle place occupe cette démarche ? Mais alors ne faudrait-il pas envisager une étape thérapeutique, propédeutique en quelque sorte, pour la vie spirituelle ?

Il est nécessaire aussi de se demander si la blessure ne pourrait pas constituer réellement un chemin vers Dieu. D'om une nouvelle question : l'équivalence entre guérison psychologique et chemin vers Dieu va-t-elle de soi ?

En ce qui concerne la libération de la souffrance, peut-on dire qu'elle est le tout de la liberté ? Mais qu'appelle-t-on liberté ?

Présenter la blessure comme chemin vers Dieu ne suffit pourtant pas pour tracer un chemin spirituel. Or pour beaucoup aujourd'hui, le chemin spirituel est identique au chemin « psyrituel », pour utiliser un néologisme significatif. Sur quoi se fonde-t-on pour opérer cette identification ? Et qu'appelle-t-on d'ailleurs chemin spirituel ? Les Pères du désert peuvent nous aider à en percevoir la dimension spécifique, à condition de les lire dans le contexte qui était le leur sans en faire une relecture psychologisante. Et comment établir un « diagnostic différentiel » — médecine oblige — avec le chemin psyrituel ? Cela pose la question de l'affectivité. Mais quelle affectivité prend-on en compte aujourd'hui ?

On constate aussi qu'on ne s'engage pas seul sur un chemin : on a besoin d'un guide, d'un accompagnateur, pour ne pas risquer de s'égarer. Mais quel type d'accompagnement choisir ? Le même accompagnateur peut-il s'occuper du psychisme et du spirituel ? Sinon, comment articuler les deux accompagnements ?
Toutes les questions évoqués jusqu'à présent concernent tout chrétien désireux d'approfondir sa vie spirituelle. Mais il existe d'autres étapes, dont les divers mystiques chrétiennes ont abondamment parlé, et il n'y aurait pas à revenir dessus si de nouvelles théories n'avaient vu le jour, pour lesquelles la mystique est le b a ba de la vie chrétienne. L'angoisse est même, pour certains, la porte d'entrée de cette nouvelle forme de mystique qu'ils appellent psycho-mystique.

Que penser de cette démocratisation de la mystique ?

Reste à envisager la dimension ecclésiale de la vie spirituelle. Quel est notre lien avec l'Eglise ? Recul ? Fusion ? ou incorporation, selon la riche doctrine augustinienne du Corps du Christ ?
Le lecteur aura déjà pressenti que toutes ces questions ont vu le jour dans un contexte où règne la confusion. Quels registres sont touchés ?

Au terme du parcours, il ne reste plus qu'à récapituler les critères fondamentaux qui servent à discerner s'il y a ou non vie spirituelle chrétienne. Quelques-uns, en effet, sont aujourd'hui laissés dans l'ombre, pour ne pas dire oubliés.

Je ne peux développer toutes ces questions dans le cadre d'un petit article, mais vous trouverez un essai de synthèse dans un livre intitulé "Foi et guérison. Repères et critères chrétiens", paru aux éditions La Thune en 2008.


À propos de l'auteur :

Soeur Marie-Ancilla est l'auteur d'ouvrages de spiritualité et d'histoire, notamment sur la vie dominicaine.

http://www.temoignages.re/psy-ou-religion-l-essentiel-est-de,6441.html

Admin
Admin

Nombre de messages : 157
Date d'inscription : 04/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://gibril-badr.niceboard.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Nourritures Bibliques qui Guérissent

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum